American Vampire T1 : Sang neuf - Quand le vampire revient à ses bases

Couverture : Scott Snyder
L'histoire en bref
Skinner Sweet, bandit impitoyable a enfin été arrêté par le shérif mais en essayant de s'échapper, il est transformé en vampire. Il devient alors le premier vampire à voir le jour sur le sol américain. Un vampire d'un nouveau genre puisque ses crocs sont plus longs, ses griffes plus acérées et cerise sur le gâteau, il peut sortir en plein jour.
   
Ce que j'en pense
Au début de chaque avis j'aime bien vous raconter comment je me suis retrouvée en possession du livre dont je parle. Souvent cela commence de la même manière : "je me promenais à la bibliothèque...". Je ne vais pas rompre avec la tradition, je me promenais à la bibliothèque et je tombe sur ce comic. J'aime bien les histoires de vampires mais en voyant le nom de Stephen King, j'ai carrément emprunté les 4 premiers tomes. 

Pourquoi donc le nom de Stephen King apparait. Eh bien il a été approché par Scott Snyder afin de prendre part au projet. Il a donc participé à l'écriture du scénario des premiers numéros.

Dès la préface, Stephen King nous prévient : " Voici quelques exemples de ce qu'un vampire ne devrait jamais être : un détective pâlichon qui boit des bloody mary et ne travaille que la nuit ; un giton mélancolique de la Nouvelle-Orléans ; une adolescente anorexique ; un éphèbe diaphane aux yeux de biche "

Les deux scénaristes tentent donc de revenir aux origines du vampire. Un vampire à la Dracula, qui tue, qui chasse, qui est impitoyable. Bien loin du vampire romantique que l'on retrouve souvent dans les romans actuels. Cela promettait une intrigue intéressante et originale.

Tout d'abord, en ce qui concerne le visuel j'aime beaucoup les planches. Je trouve les dessins assez simples avec un petit côté vintage qui colle bien à l'histoire. 


Le scénario nous permet de suivre deux époques. L'époque "actuelle", en 1925 où l'on suit une jeune actrice en devenir à Hollywood et les années 1885 avec la transformation de Skinner Sweet en vampire (d'ailleurs le nom "Sweet" est très original pour un tueur sanguinaire).

Cette narration en deux temps est un peu déstabilisante au départ mais au fur et à mesure de la lecture on s'y habitue, on comprend de mieux en mieux l'histoire et cela permet de mieux saisir la personnalité de Skinner Sweet.

Comme Stephen King l'annonçait, il n'y a pas de bons sentiments, le vampire n'épargne pas la jolie fille. Au contraire, Skinner Sweet laisse la jeune femme aller droit dans un piège. Mais les Américains resteront les Américains, les bons sentiments refont vite surface à la fin du volume avec une scène au soleil couchant qui fait fortement penser à un film romantique. 

Le contrat est tout de même rempli, les vampires ne sont pas des enfants de cœur, ils sont cruels et cela pour notre plus grand plaisir.

Petit + : L'intrigue se passe dans les années 20. On ne pouvait pas rêver mieux comme cadre pour une première attaque de vampire ! 


Une très bonne entrée en matière avec ce premier tome. Le premier vampire américain qui dépoussière un peu le mythe du vampire.


Sang neuf - Scott Snyder
Urban Comics, 17,50€

Commentaires